Libérez Tolino !

tolino_04

Je continue dans ma série sur notre droit inaliénable de posséder intégralement les objets et les données que l’on achète. J’ai opté récemment pour l’achat d’une liseuse à encre électronique (e-ink) : Le Tolino Shine. Sa principale force est de lire un large éventail des formats de livres électronique (y compris ceux grevés d’une protection numérique). Il a également un retro éclairage pour pouvoir lire la nuit. En plus, Le Tolino tourne sous Android/Linux et a une carte wifi. La finissions était à mon goût meilleure que le Cybook Odyssey qui a les même caractéristiques techniques.*

Toutefois, rien n’était accessible depuis l’interface verrouillée par le fabriquant pour activer ADB et pour prendre le contrôle intégral du système. Mais voilà, c’est (déjà) chose faite, un hacker allemand a trouvé le moyen d’obtenir les accès root sans ouvrir le Tolino. Et c’est très simple, voilà comment devenir le maître (root) de votre Tolino :

  1. Téléchargez l’image de recovery modifiée
  2. Copiez l’image sur une carte externe en la renommant recovery.img
  3. N’oubliez pas de faire un ‘sync’ (ou d’éjecter correctement la carte) et de vérifiez la somme MD5 (12b632ccda3d5ad0bee4b04606d6bf5b)
  4. Introduisez la carte dans le Tolino allumé
  5. Patientez sagement sans rien faire jusqu’à ce que le Tolino s’arrête (le processus se passe en arrière plan, aucune indication n’est visible.)
  6. Démarrez le Tolino en mode recovery en pressant sur la touche Home et Power
  7. Ajoutez le code revendeur 0x1f85 dans ~/.android/adb_usb.ini
  8. Lancez adb start-server, puis adb devices

Et voilà, adb shell tourne avec les droits root sur votre Tolino: à vous la liberté absolue. Il est ainsi possible d’ajouter le Google Play Store et plein d’applications Android. Toutefois attention, le petit Tolino peut vite saturer… ce n’est pas un dual cœur comme les téléphones portable de nos jours.

Plus de lecture sur le sujet:

Au passage, on notera qu’à l’intérieur du Tolino se cache une carte micro SD de 4Go, donc potentiellement échangeable pour augmenter la mémoire totale de la petite boîte.

* A souligner: le Cybook a une longueur d’avance sur le Tolino, pusique son code source est disponible sous GPL.

Publicités

Optez pour un lecteur de PDF Libre !

Vous aimez les PDF (portable document format) pour transmettre des données formattées à des amis ou collègue, ou pour lire des documents trouvés sur le web ? Si oui, avez-vous déjà pensé à utiliser un lecteur de PDF Libre pour assurer la pérennité des versions ouvertes sans brevets ni DRM de ce formats de fichier ?

En effet, c’est le seul moyen pour que vos données restent accessibles en tout temps et que le web ne deviennent pas dépendant d’un éditeur de logiciel particulier ! De plus l’utilisation de Logiciel Libre assure la protection votre vie privée et de vos données sensibles. Plus d’information sur http://pdfreaders.org, la traduction en français réalisée par mes soins devrait être disponible sous peu.

Image Firefox sous licence CC-BY-NC Mozilla Foundation

Liberté totale

Saviez-vous que le système GNU fête ses 25 ans ? C’est une bonne raison, pour n’utiliser que des logiciels libres. Voilà la sortie de Virtual Richard M. Stallman sur ma machine :

> fbianco@Meldiriel:~$ vrms
> Pas de paquets non libres installés sur Meldiriel! rms serait fier

Et vous quel logiciel privateur utilisez-vous encore ? Est-ce bien utile ? N’y a-t-il aucune alternative libre ?

Opensource chez Microsoft

Microsoft est d’habitude plus connu pour combattre le monde du logiciel libre, qui devient de plus en plus un sérieux concurrent économique, mais cette fois le géant de Redmond nous montre une autre face. En effet depuis deux jours Microsoft a ouvert le site : Opensource at Microsoft. Apparemment le nom du groupe s’appellerait OSSL pour Open Source Software Lab, on peut y lire qu’il y a déjà eu une collaboration avec la fondation Mozilla pour porter Firefox sous Windows Vista, ainsi que pour permettre l’implémentation de Microsoft Windows Media Player dans celui-ci.

En allant plus loin, on peut y lire que Microsoft s’engage pour l’interoperabilité pour le bien des consommateurs :

The efforts between Mozilla and Microsoft are a prime example of the cooperation that is necessary to ensure interoperability in today’s software ecosystem. While Microsoft competes with open-source products, it also recognizes that sometimes it must build bridges with its competitors, whether proprietary or open source, to assure the best outcome for its customers.

Mais avant que vous ne commenciez à rêver, la fin du document que cite vous remet à l’ordre :

Microsoft may have patents, patent applications, trademarks, copyrights, or other intellectual property rights covering subject matter in this document. Except as expressly provided in any written license agreement from Microsoft, the furnishing of this document does not give you any license to these patents, trademarks, copyrights, or other intellectual
property.

Et oui, il ne faudrait quand même pas que les juristes n’aient plus rien à se mettre sous la dent et que le modèle principal de diffusion de logiciels utilisé habituellement par Microsoft soit mis en péril par ce petit pas vers un monde numérique plus libre. Toutefois, les lecteurs attentifs auront remarqué qu’à aucun moment le site ne parle de logiciel libre, seul le terme de logiciel opensource est utilisé, et que de plus la page d’accueil utilise une technologie purement propriétaire : du flash. Il ne m’a pas été non plus possible de trouver note des licences utilisées, j’ai seulement vu la Microsoft Open Specification Promise qui a mon sens n’est pas une licence, mais une simple sorte d’accord passé par Microsoft avec les développeurs de code opensource basé sur des technologies Microsoft.

Même si le pas semble assez petit, il ne faudrait quand même ne pas oublier de saluer cette initiative de l’entreprise emblématique des logiciels privateurs (”propriétaires”).