People 125 contre le Yéti

Texte invité par Yves

On a tous entendu parler du yéti, l’abominable homme des neiges, une créature légendaire supposée hanter les vallées de l’Himalaya. Les théories sur l’origine de cette légende sont multiples. Plusieurs témoins ont rapporté avoir rencontré une sorte d’hominidé, d’une taille d’environ 2m, poilu, ressemblant à un gorille [1]. Un rapport scientifique a récemment fait état de la découverte de poils qui pourraient provenir d’un plantigrade issu du croisement d’un ours blanc avec un ours brun [2]. Randall du site web scientifique XKCD tend quant à lui à exclure l’existence du yéti. Son argumentation repose sur l’observation qu’une existence éventuelle aurait dû être prouvée par une photographie avec une très grande certitude, sachant qu’à l’heure actuelle, environ 99,9% de la population mondiale porte constamment un appareil électronique capable de prendre des photographies [3].

En l’état actuel de nos connaissances, une rencontre avec un yéti semblait donc improbable, c’est pourtant ce qui nous est arrivé à Lara, Jürg, François et moi, autrement dit les fameux “People 125”, le lundi 21 octobre 2013 lors de notre trek sur le circuit des Annapurnas au Népal. Aux alentours de 15h ce jour-là, nous étions en chemin entre Chame et Bharantang lorsque s’est présenté un embranchement du sentier mal répertorié sur notre carte. Comme mes compagnons étaient fatigués, j’ai pris la décision de partir seul courageusement, ou peut-être inconsciemment si on considère la suite des événements, en reconnaissance de cet éventuel itinéraire alternatif. Après m’être enfoncé d’une cinquantaine de mètres dans le sous-bois qui bordait l’itinéraire principal, j’ai soudain vu des buissons frémir. Interloqué, je me suis approché afin d’investiguer l’origine de cette agitation. C’est alors qu’a surgi un yéti, qui s’est sauvagement rué vers moi. Jamais je n’oublierai son regard farouche, sa tête de gorille, ses rugissement assourdissants, ses poils hirsutes, ses dents acérées, l’odeur âcre de sa respiration, l’impression que le sol tremblait sous son poids. J’étais pétrifié par la terreur. Malgré sa masse imposante, en quelques pas il m’avait rejoint, et d’un coup du revers de la main, j’étais jeté au sol. Curieusement, sa main m’a laissé un souvenir marquant (au sens figuré en plus du douloureux sens propre) par le fait qu’elle m’était étrangement familière. Je rejoins alors les témoins qui parlent d’hominidés.

Le yéti
Photographie du spécimen de Yéti rencontré lors du tour des Annapurnas. Photographe lara.

J’étais donc à terre, et j’ai tenté d’alerter mes compagnons, mais un nouveau coup m’a assomé et mis un terme à mes cris d’alarme. Quand j’ai finalement repris connaissance, le yéti était engagé dans une sorte de duel de hurlements avec mes camarades. Bizarrement, il semblait effrayé, certainement à cause du peu de rencontres qu’il a dû avoir avec des humains. J’ai su saisir ma chance, je me suis levé d’un bond et j’ai couru aussi vite que possible vers le chemin principal. J’ai pu rejoindre mes amis, mais le temps que je me retourne, le yéti avait disparu.

Nous avons immédiatement décidé d’entreprendre une traque afin d’en apprendre plus sur ce spécimen. Malheureusement, il n’a laissé que peu de traces exploitables qui n’ont pas permis de le retrouver, ainsi les quelques photographies que nous avons prises (dont celle reproduite ici) constituent l’unique preuve de notre rencontre avec un abominable homme des neiges.

Après cette terrifiante expérience, nous sommes partagés quant aux actions futures à entreprendre. Dans l’intérêt de la science, il faudrait évidemment monter une expédition pour tenter de retrouver le yéti, maintenant que son existence est avérée et sa position approximativement connue. Toutefois, d’un point de vue éthique, il n’est certainement pas justifié de tenter de le capturer, et ce d’autant plus qu’il semble être un primate. Finalement, c’est le bon sens qui a motivé notre décision finale: tenter de capturer une sorte de gorille de 250kg clairement violent sur un terrain aussi inhospitalier que l’Himalaya est définitivement plus dangereux que récupérer d’un trek à Katmandou en buvant des bières avec des potes et en traînant dans des boulangeries pour les Z’nüni et les Z’vieri (c’est ça de partir en voyage avec un Suisse-Allemand) et en général les Z’k-i, k ∈ {0,1,2,3,…,23} (et c’est ça de partir en voyage avec un physicien-mathématicien), même si les chili momos te démontent la face plus violemment qu’une baffe de yéti!

[1] Reinhold Messner, “My quest for the Yeti: confronting the Himalayas’ deepest mystery”
[2] Bryan Sykes, unpublished results
[3] xkcd.com/1235

Advertisements

Die Wahrheit über die Schöpfung

Es war einmal im Himmel und der liebe Gott ist seit sechs Tagen nicht mehr gesehen worden. Am siebten Tag findet ihn der heilige Petrus und fragt: “Wo warst du denn in der letzten Woche?” Gott zeigt nach unten durch die Wolken und sagt stolz: “Schau mal, was ich gemacht habe!” Petrus guckt und fragt: “Was ist das?” Gott antwortet: “Es ist ein Planet und ich habe Leben darauf gesetzt. Ich werde ihn Erde nennen und es wird ein Ort unheimlichen Gleichgewichts sein.” “Gleichgewicht?” fragt Petrus. Gott erklärt, während er auf unterschiedliche Stellen der Erde zeigt: “Zum Beispiel – Nordamerika wird sehr wohlhabend, Südamerika aber sehr arm sein. Dort habe ich einen Kontinent mit weissen Menschen, hier mit schwarzen. Manche Länder werden sehr warm und trocken, andere werden mit dickem Eis bedeckt sein.” Petrus ist von Gottes Arbeit sehr beeindruckt.

La Génèse
Er guckt sich die Erde genauer an und fragt: “Und was ist das hier?” “Das”, sagt Gott, “ist das Wallis! Der schönste und beste Kanton der Schweiz. Da sind schöne Leute und tolle Orte. Die Leute aus dem Wallis werden nicht nur schön, sie werden intelligent, humorvoll, geschickt, gesellig, fleissig und leistungsfähig sein.” Petrus ist zutiefst beeindruckt, fragt jedoch: “Aber Gott, was ist mit dem Gleichgewicht? Du hast gesagt, es wird überall Gleichgewicht herrschen.” “Mach Dir mal keine Sorgen”, sagt Gott. “Warte erstmal ab, bis Du siehst, was ich im Kanton Zürich gemacht habe!”

(Image : Public Domain, source Wikipédia)

Geek test

Voilà mon (médiocre) résultat au test de Geekness :

Score : 1493
Vous faites partie des Reasonable Geeks
Pas mal… Un bon taux de geekitude coule dans vos veines, mais vous êtes encore trop sociable pour faire un bon geek. Débarrassez-vous des quelques amis qui ont l’outrecuidance de vous tirer hors de chez vous. :-p

Voilà, c’est pour tous ceux qui pensent que je suis un Geek… il y en a des bien pires que moi.

Bon et vous, combien de points ?

Les astrologues ne lancent pas de satellites

Voilà la page Internet de la Télévision suisse romande ce matin 31 janvier 08 vers 11h :

Remarquez la déplorable confusion. Effectivement la racine du mot pourrait laisser croire certaines choses :

-logie : du grec logos : science, discours, raison

mais pourtant l’astrologie n’est pas une science, comme on peut le lire sous Wikipédia :

L’astrologie est l’ensemble des systèmes de croyances organisés en vue d’obtenir des renseignements sur les phénomènes terrestres à partir de l’observation des phénomènes célestes.

En fait astrologie veut dire en grec “discours sur les astres”, donc le sens correct de la racine logie n’est pas science, mais discours. Alors que l’astronomie, littéralement “loi des astres”,

est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, leurs propriétés physiques et chimiques.

En résumé, les astrologues n’ont pas besoin d’étudier la face cachée mercure pour vous prédire que vos actions boursières vont se dévaluer demain dans la journée. Les astronomes quant à eux livrent une information supplémentaires aux connaissances de l’humanité : mercure a eu par le passé une activité volcanique, et une foule d’autres choses qui nous était inconnues jusqu’ici.

Il faut quand même remarquer que quelques minutes après avoir contacté la TSR, l’erreur était corrigée.

Mise-à-jour, en tout cas la correction n’a pas été faite après la lecture de mon courriel, puisque j’ai reçu le 04.02.08 un message me demandant des détails sur l’erreur que je signalais.

(Merci à Yves pour la piste !)

Pollupostage (SPAM) à l’ETHZ

Même si une loi entre en vigueur un 1er avril, nous n’aurions pas pensé à un poisson. Je veux parler de la nouvelle loi sur les télécommunications (LTC) qui est (était) censé améliorer la protection des consommateurs, notamment dans le domaine du pollupostage (plus connu sous le nom de spam ou spamming). Pourtant cet après-midi, une vague de pourriel à frappé l’École Polytechnique Fédérale de Zürich. Tout d’abord nous avons reçu courriel pour annoncer la prochaine Polyparty, qui du reste n’est même pas un évènement organisé directement par l’ETH, mais les organisateurs avaient eu un accord avec le service informatique pour envoyer une fois ce mail à tous les étudiants (ref.). Une trentaine minutes plus tard, un élève répond en demandant où l’on avait récupéré son adresse, celui-ci ne s’était pas douté une minute que toutes les personnes à l’ETH allaient recevoir son email.

La suite n’est pas trop difficile à imaginer, en 20 minutes, pas moins de 40 emails ont été envoyés à la liste de diffusion de Polyparty, quelques extraits :

Herzlich willkommen beim Newsletter von politakt!

Du wirst ab sofort über unsere Events und Aktionen informiert.

Auf unserer Homepage findest du die Möglichkeit dich jederzeit wieder auszutragen.
http://www.politakt.ch

(ce mail ne provient en fait pas de politakt, du moins d’après leur forum)

Il n’a fallu que deux emails pour que le filon soit utilisé politiquement ! Et pourtant d’après les médias, les jeunes ne sont pas intéressés par la politique…

Ensuite, on se rend compte du problème :

lustig, man kann ein mail an alle studenten schicken wenn man
polyparty@student.ethz.ch eingibt. wer das wohl zu verantworten hat?

Deuxième courrier à but politique :

Wahlaufruf – Jungfreisinnige – Liste 3
(je vous épargne les détails)

J’espère que cette liste aura perdu des électeurs “grâce” à ce courriel. Ensuite la machine s’emballe :

Please stop doing reply all or you will collapse our e mails.

Aber das ist doch völlig primär!

shiiit…polypartyleute, tut was!

Lasst mich in Ruhe!!!

Du studierst doch an der ETH und deine Email ging gerade an alle
Studenten und Mitarbeiter. Sollen wir dich wirklich in Ruhe lassen? Dann
geh doch zur Uni!

Grüsse alle die mich kennen

I am currently Out of the Office until April the 10th.
For urgent purposes, contact …

liebe architekurdiplomanden! wir wünschen euch vom mateo pavillon
viel erfolg und viel spass bei der arbeit!

ja, isch guet…ich grüess au alli womi känned

…ich grüesse mis Mami, min Papi, mini 2 Chatze, mini Oma de Opa, all mini Kollege wo a mich glaubt hend… aber sicher nöd all die Spasties wo gnueg IQ hend zum ad ETH cho aber zwenig zum em Reply-All-Button uszwiichä…

maaan, meine mailbox wird überflutet!

> polypartyleute, ihr müsst ein fehler im system haben.
Du bist der Fehler!
jeder der antwortet löst wieder eine Spamwelle aus…

I do not understand german, please let me known hown to be removed from your mailing list
thanks

Das isch jetzt aber schnäll gange mit dem politische missbruuch…

On remercie le service informatique de l’ETH pour cette “petite” erreur, qui a valu un petit amusement aux étudiants qui étaient connectés à ce moment… tout en se demandant plus sérieusement si le premier pollupostage pour une fête (quasi ?) commerciale devait arriver dans les boites électroniques de dix-milles étudiants et collaborateurs de l’ETHZ.

La preuve que les Valaisans sont en avance sur le reste du monde

Dans le cadre de fouilles dans le sous-sol russe jusqu’a 100m de profondeur, les scientifiques russes ont trouvé des vestiges de fil de cuivre qui dataient d’environ 1000 ans. Les Russes en ont conclu que leurs ancêtres disposaient déjà il y a 1000 ans d’un réseau téléphonique.

Les Américains, pour faire bonne mesure, ont également procédé a des fouilles dans leur sous-sol jusqu’a une profondeur de 200m. Ils y ont trouvé des restes de fibre optique. Il s’est avère qu’elles avaient environ 2000 ans. Les Américains en ont conclu que leurs ancêtres disposaient déjà il y a 2000 ans d’un réseau de fibre de verre numérique. Et cela, 1000 ans avant les Russes !

Une semaine plus tard, à Sion en Valais, les petits suisses ont publié le communiqué suivant : “Suite à des fouilles dans le sous-sol de la vallée, jusqu’à une profondeur de 300 m. les Scientifiques n’ont rien trouvé du tout. Ils en concluent que les Anciens Valaisans disposaient déjà il y a 3000 ans d’un réseau sans fil Wifi”