Une belle journée en perspective…

Comme à mon habitude, après avoir pris une bonne douche chaude pour me réveiller, je vais prendre mon petit déjeuner. Mes pensées sont déjà captivées par les activités à venir, il faut dire qu’une journée bien remplie m’attend. Une fois mon casse-croûte matinal terminé, je contrôle que mon sac-à-dos contient tout le matériel nécessaire, j’enfile mes chaussures et attrape ma veste. En effet, après un été aussi orageux que celui-ci, on devient prudent; même si aujourd’hui le soleil illumine le ciel bleu profond du début de matinée, il se pourrait bien que la pluie fasse son apparition avant que l’on ait eu le temps de s’en rendre compte.

Une fois paré, je sors de chez moi appréciant les premiers rayons de soleil de cette radieuse journée. Après avoir longé sur trois cents mètres la petite route résidentielle de mon quartier, je bifurque sur ma droite pour m’engager sur le sentier pédestre qui me conduira au but de ma petite excursion. Ce modeste chemin caillouteux débute avec une côte assez raide, de quoi se mettre en jambes pour la suite du trajet. Ensuite, celui-ci borde quelques prés, où dorment encore les moutons, bien à l’abri des quelques arbres fruitiers qui semblent avoir été abandonnés depuis plus d’une décennie. Un peu plus haut, je remarque que les vaches paissent déjà à l’orée de la forêt. Me voilà déjà entouré par les premiers arbres, la rosée matinale commence à s’évaporer laissant apparaître, au loin, une légère brume dans la forêt. Un peu plus tard, j’aperçois le petit torrent qui, par l’absence de pluie au jour précédent, semble d’un bien maigre débit. Mon chemin borde ce cours d’eau sur une bonne distance, pour enfin arriver à un pont enjambant celui-ci à la hauteur d’une petite gorge de quelques mètres de haut. Je n’ai pas le temps de m’en rendre compte, mais j’atteins déjà la lisière de la forêt, et aperçois au loin le but de ma balade.

Une poignée de minutes plus tard, j’ouvre mon sac pour y prendre les affaires que j’avais soigneusement préparées avant de partir, et m’assied tranquillement à ma place habituelle, qui va le rester pour la suite de la journée. Me voilà, comme à mon habitude, dans la bibliothèque de chimie à l’École Polytechnique Fédérale de Zurich, pour y préparer mes derniers examens.